Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Erebus

L'univers "dark fantasy" d'Erebus et ses centaines d'histoires traduites du mod de Civilization IV: "Fall From Heaven II"

Les Ombres de la Renaissance - Partie 2

Publié le 31 Octobre 2016 par Stoik

FuLengsSword

 

 

Préambule

 

     Rathus Denmora, un des premiers héros Sidar, retourna dans les Bas-Fonds à travers le passage qu'avaient utilisés les Ex-Elfes pour en sortir. Il ne réalisait pas que celui-ci menait à une partie du monde contrôlée par Laroth, ce que l'ange de la mort qu'il rencontrera ne mentionnera pas, en connaissance de cause.

     La Lame d'Outre-Tombe ne fut donc pas façonnée pour laisser Rathus punir ceux qui osèrent traiter avec la mort comme s'ils en étaient les dieux, mais pour attacher les âmes des plus forts à la région des Bas-Fonds, où ils tomberaient dans l'armée de Laroth.

 

 

La Lame d'Outre-Tombe

 

     Le signal d'alarme terrorisa les Ex-Elfes. Même les Damnateurs vêtus d'obsidienne rompirent leur garde stoïque pour regarder en direction du vortex. La nuit infinie avait disparu; la lumière traversait le voile brumeux et aveuglait les guerriers qui n'avaient auparavant jamais croisé les rayons du soleil.

     Rathus traversa la foule d'Ex-Elfes massés aux abords de la cité. Il se déplaçait parmi eux, sans se faire remarquer; une performance plutôt aisée pour une Ombre qui trouvait souvent plus stimulant d'être reconnaissable par ceux qui l'avaient déjà vu auparavant. Après plusieurs décennies passées de la sorte, vous devenez très différent d'un mortel, le monde vous apparaît bien plus fantôme que vous ne paraissez fantôme au monde. A l'arrivée, vous finissez par prêter une très grande attention aux moindres détails se passant en dehors de ce brouillard.

     C'était la raison pour laquelle Rathus se trouvait ici plutôt que sous cette lumière. Ses amis, qui auraient pu se souvenir de lui et le faire repérer, fuyaient la cité pour échapper à l'oppression d'Haerlond. Leur destin leur appartenait désormais. Rathus pensait pouvoir se servir de cette confusion pour examiner ce que les elfes appelaient le Palais Malachite, une ziggourat sombre avec un portail à son sommet.

     Les Damnateurs avaient une vision plus développée que la majorité, leur permettant de voir à l'intérieur du monde éthéré et ce qui traversait le portail. Ils auraient dû le voir aller; fort heureusement, les différents sorts magiques utilisés dans la bataille offraient toute la couverture dont Rathus avait besoin, et il réussit à se glisser là-haut, puis à travers le portail. Il se sentit alors comme s'il se réveillait, ses sens et sa mémoire, qu'il avait depuis longtemps oubliés, étaient maintenant restaurés. Il venait de ressusciter.

     Un ange bleu se dressait devant lui, un mâle paraissant jeune et âgé à la fois, comme si chacune des étapes de sa vie transparaissait en une seule et même apparence. Il tenait un jeu de chaînes dans une main et une clé dans l'autre, une épée était déposée à ses pieds.

     "Tout être dont l'âme n'est pas revendiquée doit entrer dans le domaine de mon seigneur, mais là-bas il devra rester jusqu'à ce que la Création connaisse son terme. Est-ce là votre désir?"

     Rathus était troublé par des souvenirs; il lui devenait de plus en plus difficile de se concentrer sur le présent alors que ses souvenirs se faisaient de plus en plus vifs, il lui devenait de plus en plus difficile de savoir s'il se trouvait dans ce moment ou dans un autre. Mais il réussit à répondre.

     "Non, je suis venu me proposer. Je suis venu promettre de servir Arawn dans la Création, au cas où il me trouverait une utilité."

     "Arawn n'attache aucune importance à la Création, son empire est ici; laissez les autres seigneurs se disputer l'éphémère."

     Rathus se concentrait sur l'ange, il s'était bien entraîné à cette tâche, au point même d'être capable d'ignorer la souffrance, ce qu'il réussit à faire le moment présent. Pour le meilleur comme pour le pire, il percevait l'ange dans tous ses souvenirs, tenant cette conversation avec lui dans chacun d'entre eux. Chacune des pensées de l'ange mettait en évidence l'une des différentes étapes de sa vie: la querelle lors de la déclaration de guerre par différentes factions religieuses, la création dans l'abondance de la vie, le bien et le mal, ainsi que l'éphémère dans l'éventuelle disparition de tout ce qu'il avait jadis considéré comme permanent.

     "Certains manient la mort comme s'ils se prenaient pour Arawn en personne."

     L'ange sourit. "Les Bas-Fonds sont pleins de leurs victimes. Damnés ou bénis, le chemin de ses hommes est toujours le même, celui des masses tuées pour avoir poursuivi leurs desseins ou ceux de leurs dirigeants, celui de vies écourtées là où les leurs sont prolongées au-delà du temps établi. Si vous recherchez le châtiment, pour écarter l'humanité de ceux qui la monopolisent, mon seigneur ne vous aidera pas, mais moi je le ferai."

     L'ange recula d'un pas depuis l'épée posée à ses pieds et fit signe à Rathus de la prendre. La lame était plus légère que l'acier, et des runes vertes, que Rathus n'avait jamais vues, étaient gravées dessus. L'épée semblait incroyablement réelle à ses mains depuis si longtemps séparées de la sensation du toucher.

     "Le châtiment?"

     "Non," répondit l'ange, "L'équilibre. Voici la Lame d'Outre-Tombe; elle frappera plus fortement ceux que les anges ont le plus favorisés. Ceux qui ne craignaient plus la mort, te craindront."

     Epée en main, Rathus se retourna et traversa le portail. Les Damnateurs étaient prêts à le recevoir, lances en tête. Rathus supposait qu'ils seraient encore dans l'affolement provoquée par l'échappée des Ex-Elfes. Il découvrira plus tard que presqu'une année entière s'était écoulée depuis ce jour où il avait franchi le portail.

     Une fois le portail traversé, le monde retourna dans la brume grise que la nature d'Ombre de Rathus avait l'habitude de connaître. Seuls le portail derrière lui et la Lame d'Outre-Tombe semblaient réels à ses sens. Les runes vertes de la lame flamboyèrent lorsqu'il brandit l'épée, et les Damnateurs reculèrent devant lui.

Commenter cet article