Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Erebus

L'univers "dark fantasy" d'Erebus et ses centaines d'histoires traduites du mod de Civilization IV: "Fall From Heaven II"

Les Enfers - Partie 3

Publié le 31 Octobre 2016 par Stoik

agaresceridwen esus

 

L'Enfer d'Agares

 

     C'est ici que tout se termine. Agares, le Dieu du Désespoir, n'a plus le coeur à s'intéresser véritablement aux puissantes figures faisant de la surface mutable de son enfer leur demeure. Depuis les runes de son jadis merveilleux monde du Nyx, les princes démoniaques élèvent de sombres palais et s'arrogent leurs propres fiefs, se battant souvent les uns contre les autres pour tenter de gagner l'affection d'Agares. Il n'est rien au-delà de ces quelques guerres, les démons ne s'y rendent que pour cette raison, et rares sont ceux qui s'y installent durablement. Le plus souvent ils repartent pour de nouveaux complots sur Erebus ou rejoignent les rangs d'un dieu faisant appel à leurs services. En fin de compte, leurs fiefs disparaissent et leurs palais retournent à la poussière.

     Bhall brûle dans ce royaume, et ses anges corrompus avec elle. C'est à proximité de son influence que se produisent les activités les plus démoniaques de l'Enfer. Contrairement aux réalités d'avant la chute de Bhall, les résidents démoniaques de ce royaume commencent désormais à rassembler leurs efforts, enthousiasmés par sa présence ils se réjouissent maintenant dans leurs complots, avec un plus grand intérêt porté à la Création. Des cabales seront formées et même Hyborem, l'Archange d'Agares, cherchera à défier Erebus.

 

 

L'Enfer de Ceridwen

 

     L'enfer de Ceridwen, la Déesse de la Sorcellerie, est à son image, une grande énigme. Il est le plus grand des mondes puisqu'il n'a pas de taille réelle. Il est ce qui relie les enfers les uns aux autres, et ceux-ci avec Erebus. Il n'est pas ce qui est de chaque côté du portail, mais l'espace entre deux mondes, le portail lui-même.

     Bien qu'il n'y ait aucune limite physique à son monde, il y a des abîmes ombragées à l'intérieur de cet enfer insubstantiel. Ces abîmes sont des espaces contenant des poches dimensionnelles d'aspects inconnus, où les lois physiques varient très largement. Les lois de la nature ne sont pas fixées à l'intérieur de ce monde, et celles qui sont établies par les lois de la création y sont mutables. En arrachant les lois de cet enfer et en les faisant entrer en Erebus, elles pourront incliner les lois de la Création. Comme le feu pouvant brûler son créateur, les territoires jadis subordonnés aux dieux pourront un jour peut-être se voir dirigés par leurs créatures.

     Esus est certes le Dieu de la Tromperie, mais Ceridwen est la Reine des Secrets. Même ses anges les plus puissants ne connaissent que d'infimes parties du vaste réseau de portails et des étendues cachées qui composent son monde. Il est cependant notoire qu'elle utilise d'innombrables passages entre Erebus et les enfers, qu'elle est la seule à connaître, mais nombreux sont ceux qui la soupçonne de voyager entre bien plus de mondes encore, et peut-être même au-delà de ceux créés par les dieux d'Erebus...

 

 

L'Enfer d'Esus

 

     Il arrive parfois qu'un suppliant refuse le traitement de l'enfer dans lequel il est envoyé et tente d'y échapper. Une poignée d'anges déchus se sont élevés, une poignée de suppliants ont triomphé des enfers en manifestant les vertus que chacun de ces mondes tentaient de leur arracher par le vice. Pour ce faire, ils doivent revenir sur leurs pas jusqu'à escalader la montagne du royaume de Mulcarn, passer par le Trône de l'Enfer lui-même, et finalement rentrer en Erebus. Toutefois, cet évènement reste incroyablement rare.

     Le plus souvent, les suppliants qui souhaitent s'échapper des enfers empruntent le chemin du monde illusoire d'Esus, le Dieu de la Tromperie. Ce monde ressemble à Erebus en tout point. Il est même habité par des simulacres de peuples que les suppliants ont connu dans leur vie. Il est également rempli d'une myriade d'illusionnistes dupliquant à l'identique les conditions de vie passée de l'âme qui y entre. Les suppliants peuvent alors retourner à leur vie d'avant, pensant avoir échappé à l'Enfer. Mais, par la main des illusionnistes, cette joie sera de courte durée.

     La fonction de cet enfer est de retirer toute la motivation qui garde encore le suppliant dans le désir d'échapper au traitement des enfers. Ceux qui fuient l'Enfer au nom de l'amour retrouveront cet amour, mais un amour qui s'aigrira et s'évanouira. Ceux qui fuient l'Enfer pour retrouver leurs responsabilités passées finiront par penser que leurs tâches sont imparfaites puis insensées. Enfin, ceux qui fuient l'Enfer à la recherche d'une nouvelle foi ne trouveront qu'un culte vide et vain.

     Absolument tout dans le royaume d'Esus n'est que mensonges. Ainsi, les suppliants pensent toute leur vie d'illusion avoir réussi à échapper à l'Enfer alors qu'ils ne sont en fait que les marionnettes du piège le plus astucieux de l'Enfer.

 

 

Les Spectres

 

     Durant l'Age des Dragons, les dieux se battirent à travers la Création. Ils guerroyèrent au-dessus des terres et des âmes, jusqu'à ce que Dagda impose la Convention. La Convention établit les règles des relations entre les dieux, comprenant la providence des âmes du vivant. Lorsqu'un individu meurt, quelle que soit sa race, son âme est amenée dans le monde du dieu qu'elle avait servi durant sa vie.

     Mais certains de ces individus sont trop attachés à leur vie terrestre et, lorsqu'ils meurent, ne peuvent quitter cette vie passée, s'attardant dans les échos de leur mémoire. La perte de cette vie précieuse, la frustration de ces rêves qui n'arriveront plus jamais obscurcissent le coeur de ces esprits. Ces désirs traînent leur âme vers les Plaines Infernales. Une fois celle-ci arrivée en Enfer, des ombres cauchemardesques lui chuchotent des mots faisant revivre ses souvenirs les plus sombres, encore et toujours. Après un long moment, des siècles pour ainsi dire, le jugement et la volonté de nombreux esprits déchus sont anéantis, et certains d'entre eux disparaissent, là où d'autres sont dévorés par des démons ou des fantômes affamés; des esprits dont la raison a disparu et qui n'existent plus que pour satisfaire leur désirs les plus primaires. Mais certains esprits survivent aux chuchotements infernaux et se métamorphosent, ils deviennent alors des Spectres.

     Les Spectres sont des esprits déchus qui ont retrouvés la raison. Leur apparence et leur personnalité sont identiques à ce qu'elles étaient durant leur vie, et elles-ci ne changeront plus jamais; le processus de déchéance galvanise leur âme dans cette forme. Ces Spectres se regroupent en communautés désespérées pour se défendre d'un environnement très hostile, mais ils gardent les rêves et les souhaits qu'ils avaient durant leur vie; des rêves et des souhaits dont la réalisation est presque impossible dans ces lieux infernaux; des rêves et des souhaits qui ne partiront plus jamais, des souvenirs de déchéance qui ne pourront plus disparaître non plus; l'âme d'un Spectre est immuable.

     Durant l'Age de la Magie, une Mer Noire apparut dans la plaine de Naraka. Le ciel en Enfer est sans étoiles, mais la surface inanimée de la Mer Noire réfléchissait des étoiles, des étoiles ne provenant pas de la Création. La rumeur disait que son eau était capable de faire perdre les souvenirs des Spectres, leurs rêves et leurs souhaits, puis de les faire eux-mêmes disparaître.

     De nombreux Spectres, las de leur après-vie grise, partaient en pèlerinage à la Mer Noire, pour laver leur coeur. Mais les eaux sombres ne peuvent tout laver, une enveloppe reste derrière les Spectres, une enveloppe animée d'une volonté inquiétante. Ces enveloppes sont appelées Faucheuses, des existences si peu naturelles qu'elles sont même détestées des démons. Après leur naissance sur les rivages de la Mer Noire, elles flottent jusqu'à la tour sinistre située au milieu de cette mer, une tour sans fenêtre d'une hauteur infinie. Aucun être humain ne sait ce qui se trouve à l'intérieur de cette tour.

Commenter cet article