Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Erebus

L'univers "dark fantasy" d'Erebus et ses centaines d'histoires traduites du mod de Civilization IV: "Fall From Heaven II"

Les Cours Elfiques

Publié le 31 Octobre 2016 par Stoik

Capture-copie-3

 

Préambule



     Durant l'Age de la Magie, les Ljosalfars étaient dirigés par deux Cours distinctes. La Cour Féérique d'Arendel Phaedra, la plus juste et spirituelle, dirigeait les elfes pendant le printemps et l'été, et la Cour Ténébreuse de Faeryl Viconia, la plus malveillante et versée dans les arcanes, les dirigeait pendant l'automne et l'hiver.

 

 

Arendel Phaedra

 

     La vitre avait quelque peu bougé au cours des siècles, avalant son châssis plus lentement que sur toute autre fenêtre elfe aux boiseries déjà de qualité supérieure. Désormais, les cannelures sur le vitrage donnaient aux forêts ombragées un aspect tordu et surréaliste. Arendel était autant frustrée derrière l'élégante, mais vieillissante, fenêtre qui séparait les forêts du palais, qu'impressionnée par sa facture.

     "J'espère que ton séjour fut agréable Arendel?"

     Faeryl entrait dans la chambre. Elle avait demandé à ses assistantes de l'attendre dehors, seules les deux reines étaient présentes dans la pièce.

     "Bien sûr, j'ai toujours été émerveillée par la beauté de la Cour Ténébreuse, et par la courtoisie de ses résidents."

     Faeryl inclina la tête suite au compliment. Elle portait le Tan'elyn, couronne elfique de l'autorité royale. En tant que reine, elle n'avait nul besoin de retourner le compliment, il lui suffisait juste de l'accepter. La veille, Faeryl avait montré le même respect lorsqu'Arendel portait la couronne.

     Elles venaient juste d'accomplir les rites d'automne, le changement du gouvernement des elfes de la Cour Féérique à la Cour Ténébreuse. Faeryl régnerait pendant six mois jusqu'aux rites du printemps, qui rendraient le pouvoir à Arendel. Chacune des deux Cours avait régné six mois à tour de rôle depuis l'Age des Dragons.

     Faeryl regardait fixement Arendel, essayant de déterminer la cause de l'inhabituelle inquiétude qui semblait la dominer.

     "Arendel, que se passe-t-il? Ta famille va bien?"

     "Oui, très bien, merci de t'en inquiéter." Arendel nourrissait son humeur maussade. "Je suis très soucieuse, et je m'en excuse, cela n'a d'ailleurs certainement rien à voir avec toi ni avec la Cour Ténébreuse. Je ne sais pas ce dont il s'agit, j'ai juste l'impression que nous vivons une période très dangereuse. L'hiver est arrivé si tôt cette année; nous venons à peine d'accomplir les rites de l'automne que les éclaireurs rapportent déjà des nouvelles de chutes de neiges. Les prêtres font de puissants rêves où les forêts n'entrent pas dans leur sommeil hivernal, mais semblent refleurir à la place."

     "Tu as entendu Yvain, il est venu ici nous dire la même chose et nous mettre en garde contre un évènement qu'il ne pouvait nommer. Tu devrais te reposer et oublier le fardeau du pouvoir, il faut que tu sois prête pour la fin de l'hiver, lorsque je te rendrai la couronne. Jusque-là, quoiqu'il arrive, je m'en occuperai."

     Faeryl était sincère; elle était comme une soeur pour Arendel, mais Arendel savait que Faeryl n'aimait pas voir la couronne changer de mains aussi rapidement. Ce rituel l'empêchait d'accomplir la plupart de ses projets, beaucoup plus agressifs. Peut-être était-ce d'ailleurs à cause de ces périodes trop courtes que les elfes éprouvaient tant de difficultés à effectuer des changements significatifs.

     "Bien sûr ma reine, je suis désolée de vous troubler avec mes angoisses."

     "Ce n'est rien, Arendel, c'est à cela que nos temps de repos servent. Lorsque tu règnes, tu ne penses qu'à l'empire elfe, jamais à ta propre personne. Maintenant prends bien soin de toi. L'hiver sera peut-être rude cette année et Sucellus devrait nous envoyer de nouvelles graines pour nous aider à le supporter."

     Arendel acquiesça.

     "Je dois y aller, il y a beaucoup à faire aujourd'hui. J'espère que tu te joindras à nous pour le dîner."

     "Bien sûr," répondit Arendel, "Et je te promets d'être une invitée plus agréable."

     "Assure-toi de pouvoir venir, dans le cas contraire j'apporterai le repas ici et nous nous assiérons devant cette fenêtre que tu chéris tant. Je me ferai un plaisir de laisser les autres invités se demander quoi faire en l'absence de leurs reines."

     Toutes deux sourirent.

 

 

Faeryl Viconia

 

     Faeryl se préparait à l'extérieur de la chambre. Elle était reine maintenant, mais les elfes continuaient de faire la fête à Arendel. Faeryl venait tout juste d'entamer son règne des mois d'automne et d'hiver, durant lesquels rien de très productif ne pouvait être accompli. Ensuite, lorsque le printemps arrivait et que d'importantes avancées pouvaient enfin être accomplies, la tradition la forçait à céder le pouvoir à sa faible cousine.

     Il n'y avait que très peu de choses qu'elle puisse faire d'autre que serrer les dents et entrer dans la chambre. Arendel s'y trouvait, boudant certainement la perte temporaire de sa couronne, comme tous les ans.

     "J’espère que ton séjour fut agréable Arendel?", demanda Faeryl.

     "Bien sûr, J’ai toujours été émerveillée par la beauté de la cour Ténébreuse, et par la courtoisie de ses résidents."

     Faeryl inclina la tête suite au compliment. Cela faisait partie du jeu qu'elles simulaient toutes les deux. Gracieuses et courtoises en apparence, elles se haïssaient secrètement l'une et l'autre. Toutefois Arendel semblait encore plus mélancolique qu'a l'accoutumée. Faeryl jubilait presque à l'idée que quelque chose de vraiment grave dans la vie si parfaite d'Arendel était peut-être arrivé. Elle ne put s'empêcher de lui demander.

     "Arendel, que se passe-t-il? Ta famille va bien?"

     "Oui, très bien, merci de t’en inquiéter. Je suis très soucieuse, et je m’en excuse, cela n’a d'ailleurs certainement rien à voir avec toi ni avec la cour Ténébreuse. Je ne sais pas ce dont il s’agit, j’ai juste l’impression que nous vivons une période très dangereuse. L’hiver est arrivé si tôt cette année; nous venons à peine d’accomplir les rites de l’automne que les éclaireurs rapportent déjà des nouvelles de chutes de neige. Les prêtres font de puissants rêves où les forêts n'entrent pas dans leur sommeil hivernal, mais semblent refleurir à la place."

     Faeryl faillit s'étouffer à ces mots. Arendel ne la croyait pas capable de gérer ce que l'avenir leur préparait. Comme s'il n'était pas suffisant de ne lui laisser que la période la moins utile de l'année, il fallait en plus que la Cour Féérique veuille s'accaparer leur règne? Faeryl prit une grande inspiration et se força à répondre calmement.

     "Tu as entendu Yvain, il est venu ici nous dire la même chose et nous mettre en garde contre un évènement qu'il ne pouvait nommer. Tu devrais te reposer et oublier le fardeau du pouvoir, il faut que tu sois prête pour la fin de l'hiver, lorsque je te rendrai la couronne. Jusque-là, quoiqu'il arrive, je m'en occuperai."

     "Bien sûr, ma reine, je suis désolée de vous troubler avec mes angoisses."

     "Ce n'est rien, Arendel, c'est à cela que nos temps de repos servent. Lorsque tu règnes, tu ne penses qu'à l'empire elfe, jamais à ta propre personne. Maintenant prends bien soin de toi. L'hiver sera peut-être rude cette année et Sucellus devrait nous envoyer de nouvelles graines pour nous aider à le supporter. Je dois y aller, il y a beaucoup à faire aujourd’hui. J’espère que tu te joindras à nous pour le dîner."

     "Bien sûr," répondit Arendel, "Et je te promets d’être une invitée plus agréable."

     "Assure-toi de pouvoir venir, dans le cas contraire j'apporterai le repas ici et nous nous assiérons devant cette fenêtre que tu chéris tant. Je me ferai un plaisir de laisser les autres invités se demander quoi faire en l'absence de leurs reines."

     Arendel sourit. Faeryl fit de même... elle s'imaginait la défenestrer.

 

 

Les Elfes et l'Age de Glace

 

     Lorsque Sucellus mourut, les prêtres elfes ne réussirent pas à trouver de solution. Parce que la Cour Ténébreuse était au pouvoir à ce moment là, ils décrétèrent que la divinité elfique s'en était allée et qu'Esus, le Dieu de la Tromperie, devait la remplacer. Normalement, la cour Féérique aurait du attendre la fin de l'hiver pour renverser cette décision, mais celle-ci n'arriva jamais puisque l'Age de Glace avait commencé.

     La reine de l'hiver revendiqua sa domination pendant plusieurs années alors que le grand froid n'en finissait plus et refusa de rendre sa couronne. Cet argument entraîna une guerre civile et, le nouvel empire elfe, fidèle à la reine de l'hiver, fut appelé par son autorité: les Svartalfars.

     Plus tard, la Création se refroidit davantage, et les elfes furent obligés d'arrêter leur guerre civile, ne pouvant pas mobiliser leurs armées plus longtemps, ni les déplacer. Ils partirent alors trouver des terres cachées du monde pour s'y terrer, et attendre la fin de l'hiver pour pouvoir continuer leur guerre.

Commenter cet article