Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Erebus

L'univers "dark fantasy" d'Erebus et ses centaines d'histoires traduites du mod de Civilization IV: "Fall From Heaven II"

La Légende de Kylorin - Partie 1

Publié le 31 Octobre 2016 par Stoik

magician-02

 

Préambule

 

     La Création aurait pu rester dans cet état glacial indéfiniment, si Kylorin n'était pas réapparu.

     Par l'irresponsabilité des hommes, et à cause du temps, la Tueuse de Dieux avait fini par se briser en trois morceaux et, en 350 cycles de saisons, ces fragments s'étaient rapprochés les uns des autres sur les terres gelées d'Erebus, dans la région que l'on appellera plus tard Letum Frigus, là où Sucellus fut tué.

 

 

Les Amurites

 

     Les Amurites se nomment eux-mêmes les Enfants de Kylorin. Selon leurs propres légendes, l'arrivée de l'archimage Kylorin sauva le peuple Amurite de l'obscurité, et d'une possible extinction, durant l'Age de Glace. Même les Amurites ne savent pas exactement pourquoi Kylorin les a choisi pour en faire son peuple élu, mais ils maintiennent que leur force de caractère si particulière en était certainement la cause.

     Qu'importent les raisons, lorsque Kylorin apparut il changea le destin du petit clan vulnérable des Amurites. Durant des années il vécu en leur sein, prenant de nouvelles femmes chaque fois que les plus âgées mouraient de vieillesse ou en couche, conduisant ainsi les Amurites à un niveau d'organisation et d'avancement supérieur à toute autre nation de l'Age de Glace. Les générations vinrent et furent, mais Kylorin resta constant, travaillant sur les arcanes avec la population qui lui servait d'outils volontaires et réjouis. Que ce soit par la magie ou par une volonté de fer, le temps n'avait que très peu d'emprise sur son être.

 

 

Epona

 

     "Pourquoi êtes-vous venu nous voir Kylorin?"

     Kylorin ramenait les couvertures près d'eux. Il se montrait patient face à ses questions sans fin.

     "Pour reforger la Tueuse de Dieux, pour en finir avec la Main Blanche. Tu connais mon but."

     "Non". Epona se demandait si d'autres jeunes épouses avaient passé leur nuit de noce à lui poser des questions. "Pourquoi nous, pourquoi avoir choisi notre clan? Il y en a une douzaine d'autres dans les environs, quelques-uns comptent même jusqu'à une trentaine d'âmes, le nôtre n'a rien d'extraordinaire."

     Kylorin sourit. "C'est simple. Je suis venu pour toi."

     Epona éclata de rire, à la fois dubitative et ravie de cette réponse. Kylorin continua son explication.

     "Lorsque j'ai parlé pour la première fois à ton peuple, j'ai décrit un monde que le reste de ton clan pouvait à peine imaginer: de vastes cités, un gouvernement légal, des artisans et des marchands professionnels. Une terre parcourue d'océans calmes et de vergers abondants, nourrissant les êtres vivants au lieu de les menacer. Toi seule m'as cru. Plus tard, lorsque je t'ai raconté les détails de cette époque oubliée, tu as imaginé les rues pavées, les tours de garde et les écoles. Ces mots sonnaient juste à tes oreilles, et si ces visions te sont facilement venues, c'est parce que tu les avais déjà vues autrefois. Tu avais déjà vécu cette époque."

     Cette nuit-là, elle rêva de sa vie dans un palais, vêtue de robes délicates et parée de bijoux exquis, entourée de courtisans. Kylorin était dans ses rêves, semblable en apparence, mais plus jeune et moins sage. Ses rêves lui montrèrent d'innombrables vies. Dans l'une d'elle, elle était l'épouse d'un fermier et Kylorin venait les soigner, elle et son nouveau-né, après un accouchement difficile. Il avait été cordonnier dans une autre vie. Elle était sa femme et la mère d'une famille nombreuse. Enfin, dans une dernière vie, ils avaient simplement partagé un carrosse, se parlant comme des étrangers.

     Au petit matin, elle lui demanda si tout les êtres renaissaient après leur mort.

     "Non. Tu es éternellement liée à ce monde et ne pourras jamais t'en échapper, et ni la mort, ni aucune sorcellerie ne pourront briser ce cycle. Et aussi longtemps que tu seras, je me battrai pour rester à tes côtés."

     "Ma mort venue, si je renaissais ailleurs, quitterais-tu cet endroit pour me retrouver?"

     "Non. Cette guerre doit être menée à bien, et cela pourra prendre des générations. Tu es liée à ce monde et il est en train d'être détruit. Pour te protéger, pour apporter la paix à tes vies à venir, je dois atteindre Letum Frigus et tuer le Dieu de l'Hiver. Il y aura peut-être des générations, des vies entières pendant lesquelles nous ne nous verrons pas. Tu auras d'autres époux car tu oublieras, je prendrai d'autres femmes pour que ma lignée perdure. Si d'autres Ages venaient après celui-ci, l'humanité aura besoin de mes enfants pour se reconstruire."

     Epona, songeuse, essaya d'imaginer tout ce qu'il était en train de lui raconter.

     "J'étais une reine."

     Kylorin sourit du coin des lèvres, "Tu l'es toujours."

 

 

La Mission de Kylorin 

 

          Kylorin devait reforger la Tueuse de dieux, atteindre Letum Frigus et réussir là où un dieu avait échoué: tuer le Dieu de l'Hiver pour mettre un terme à cet enfer blanc.

     Une légère accalmie était apparue dans la furie de l'hiver, comme si Mulcarn était distrait par quelque chose. Kylorin trouva alors la possibilité de mener un modeste groupe d'hommes Amurites à l'abri, dans une petite vallée.

     Les jours suivants seront difficiles, dans ce monde étrange et inhospitalier. Pour pouvoir se développer et acquérir de nouvelles ressources, Kylorin devra livrer bataille aux Doviellos, un peuple sauvage et puissant qui vit dans les vallées à l'Ouest. On raconte que ces derniers posséderaient un fragment de la Tueuse de Dieux.

     Au-delà des terres Doviellos se trouve un pays peuplé par des milliers d'adeptes de Mulcarn. C'est là que se dresse le trône de Mulcarn, ainsi que la forteresse des Géants de Glace. Mulcarn serait lui-même à la recherche des fragments de la Tueuse de Dieux... et ses adeptes en auraient déjà trouvé un...

     Quant au dernier fragment de la Tueuse de Dieux, il serait égaré dans un endroit inconnu de tous. Les légendes tribales parlent cependant d'une vallée fertile, sans neige, cachée au Nord et, plus étrange encore, d'une île luxuriante et au climat agréable en plein milieu d'une mer intérieure.

     Les dangers viendraient du ciel, de la terre, et même du sol. Il serait aussi menacé par l'Au-Delà.

Commenter cet article