Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Erebus

L'univers "dark fantasy" d'Erebus et ses centaines d'histoires traduites du mod de Civilization IV: "Fall From Heaven II"

La Chute de Mammon - Partie 1

Publié le 31 Octobre 2016 par Stoik

379520-bigthumbnail

  

Préambule

 

     Et Les 21 créèrent Erebus. Les dieux donnèrent naissance aux montagnes et à la mer, puis ils donnèrent la vie aux plantes et aux animaux, utilisant de concert les pouvoirs que leur avait confié le Premier pour enfanter les plus belles merveilles de ce monde. A la suite de quoi ils mirent au point les lois régissant ces terres, qu'elles fussent magiques ou physiques. 

     Mais vint le jour où le Premier, contemplant ce monde, décida de leur retirer le pouvoir de la création. Toujours doués du pouvoir de modeler l'existant, ils voulurent tout de même enfanter une dernière réalisation, la plus belle de toutes : l'Homme, descendant direct des 21, qui peuplerait Erebus...

 

 

De la Naissance de l'Homme 

 

     Mammon s'était assis à l'ombre d'une immense montagne. Il aimait la Création, l'odeur de la terre fraîche et de ce qui y poussait, le contraste entre les rayons brûlants du soleil et la fraîcheur de la brise. Mais un monde est bien plus que de la matière, et son esprit explorait depuis peu l'une de ses créations les plus importantes : les mathématiques. 

     Le Premier leur avait certes confisqué leur pouvoir individuel de création sur Erebus, une fois son monde achevé, mais les dieux n'en demeuraient pas moins puissants. Les lois d'Erebus étaient maintenant établies, ce qui ne les empêchait pas de pouvoir aisément les contourner. Malgré tout, ils désiraient tous retourner à leur condition première. Mammon espérait un jour pouvoir revenir sur certaines des lois qu'il avait appliquées ; en attendant, il pouvait toujours s'amuser à les faire évoluer, comme à cet instant où il observait l'impact d'une de ses modifications sur les nuages qui s'amoncelaient au-dessus de lui. La manière dont ils se séparaient, se regroupaient, se dispersaient puis repartaient, était modifiée par le moindre de ses réglages.

     En sa qualité de Dieu de la Prédiction, Mammon pouvait considérer la manière dont le monde réagirait à chacune de ses modifications. L'ombre d'un nuage qui découvrirait une mère souris une seconde un peu plus tôt et c'est le faucon qui repèrerait la souris alors dévoilée, c'est la mère souris qui mourrait entre les griffes du faucon, ce sont les bébés souris qui mourront de faim sans leur mère, ce sont les graines qui ne seront pas mangées par les bébés souris et les plantes qui pousseront depuis ces graines.

     Les nuages se dirigeaient vers l'ouest, blancs comme l'os, et bas dans le ciel. Tous, à l'exception de celui qui partait pour l'est, semblant ignorer les lois naturelles. Mammon guettait les prochaines fluctuations du nuage provocateur. Les règles du temps avaient changé, les orages qui auraient dû éclater n'arrivaient pas. Le monde existant venait d'être bouleversé à cause d'un simple nuage.

     "Serais-tu aussi prompt à tout changer si tu connaissais l'importance de tes actes ?" demanda Mammon au ciel.

     Tali, Dieu de l'Air, sourit à son air trop sérieux, "J'imagine que tout finira un jour ou l'autre par tourner dans le même sens, quoi que nous fassions."

     Mammon fronça les sourcils, "Ce n'est pas vrai."

     Mais secrètement, il se demandait si vraiment Tali pouvait avoir raison.

     Le temps s'écoula et une cérémonie lointaine appela chacun des dieux. Tous étaient rassemblés autour d'un bassin peu profond et, d'une pensée, Mammon suivi de Tali les rejoignirent.

     Dans le bassin, une femme flottait, au corps parfaitement proportionné, la peau pâle et douce, les cheveux longs et noirs. Elle s'appelait Gabella. Créée par Aeron, Dieu de la Force, pour devenir la première Femme, elle recevait la bénédiction de chacun des dieux.

     Bhall, Déesse du Feu, flottait aux côtés de Gabella. Des flammes dansaient à la surface du bassin et rayonnaient dans ses profondeurs. Bhall tenait Gabella, endormie, et lui chuchota à l'oreille, "Je te donne les pouvoirs de la passion et de l'amour, tu pourras ensuite transmettre ces présents à d'autres et les recevoir d'eux-mêmes."

     Après ces quelques mots, Bhall l'embrassa doucement sur le front. Gabella continuait de flotter tandis que Bhall s'en éloignait pour sortir du bassin. Ceridwen, Déesse des Etoiles, vint ensuite, flottant au-dessus du bassin ; les longs pans de sa robe atteignirent et soulevèrent lentement Gabella jusqu'à elle.

     Oghma, Dieu du Savoir, regardait Mammon de très près. Les deux divinités étaient assez proches dans leurs préceptes : Oghma était le dieu de la connaissance de tout ce qui était, et Mammon celui de la connaissance de tout ce qui serait. La ligne ténue du présent séparait leur autorité, c'est pourquoi une forte affinité les liait l'un à l'autre.

     Remarquant que celui-ci n'était pas dans son état habituel, Oghma chuchota à Mammon, "tu parais tourmenté."

     Nemed, Dieu de la Vie, venant de commencer à parler aux dieux rassemblés, Mammon n'eût point le temps de répondre à Oghma.

     "J'ai l'intention de lui donner la vie éternelle. Le genre humain doit pouvoir partager notre immortalité et vivre sans devoir mourir."

     Les dieux réfléchirent. Toute vie dans la Création devait être temporaire. Ils ne créaient pas des dieux, mais un monde avec des saisons et des cycles. Arawn, Dieu de la Mort, répondit le premier.

     "Ils n'ont pas connu le Paradis, mais le désireront ardemment. Êtes-vous certains que notre Création est parfaite au point de devoir être infinie ?"

     Après ces mots, les dieux se mirent à tous parler en même temps. Seul Agares, regardant sans commenter, ainsi que Mammon, restèrent en dehors de la conversation. Mammon connaissait déjà le résultat de ce débat, et comme pour toutes les décisions majeures qu'ils avaient déjà eu à prendre, c'est à lui qu'ils demanderaient de trancher. Nemed lui posa la question en premier.

     "Mammon, que prédis-tu pour Gabella et ses enfants ? Devrait-elle vivre éternellement, ou seulement pour une durée limitée dans la Création ?"

     Pour la première fois, Mammon eut peur de répondre. Quelque chose n'allait pas, et pour quelqu'un sachant de quoi l'avenir serait fait, il paraissait cette fois-ci terrifié. Mammon pouvait voir la création de Gabella, pouvait voir sa rébellion et son refus de se soumettre au plan des dieux. Au-delà de ça, il vit la rébellion du Dieu de l'Espoir, Agares, et sa tentative de défier le Premier. Il vit le Premier rester dans la Création pour juger le monde, mais il ne put rien voir de plus à partir de cet instant. S'il existait un futur au-delà de tout cela, il ne le voyait pas. Mammon soupçonnait le Premier de les avoir dépossédés de la Création. Il pensait assister à sa propre mort.

     Concernant l'immortalité de Gabella, pour la période où Mammon pouvait encore voir, il n'y avait aucune différence. Avec ou sans la vie éternelle, Gabella refuserait de devenir la mère de l'Humanité. Dans un cas comme dans l'autre elle vivrait jusqu'à  ce que la vision de Mammon lui fasse défaut. Elle vivrait aussi longtemps que Mammon vivrait.

     Plutôt que d'admettre les limites de sa perception, plutôt que de dire aux dieux qu'Agares les trahirait, qu'ils mourraient tous, Mammon prétendit savoir ce qui se passerait ; et pour la première fois il prodigua ses conseils sans en connaître l'exactitude.

     "Permettez-leur d'être immortels, ils ne doivent pas avoir peur de la mort." Mammon commençait déjà à trop bien connaître ce sentiment.

     Arawn parut gêné par la réponse, mais ne dit rien. Nemed entra dans le bassin, embrassa Gabella et lui chuchota à l'oreille. A partir de cet instant, elle était immortelle comme seul un dieu pouvait l'avoir rendue.

     Mammon suivit. Il traversa la surface du bassin et vint aux côtés de Gabella.

     "Réveille-toi mon enfant." dit-il doucement.

     Gabella se redressa et ses yeux s'ouvrirent après quelques battements de cils. Elle était encore étourdie par sa naissance et ne pouvait apparemment ni le voir, ni le reconnaître ; mais lui voulait voir ses yeux. Aeron avait modelé le corps de Gabella à la perfection ; elle était magnifique, robuste, et d'une physionomie unique.

     "Je te donne..." Mammon se pencha au-dessus d'elle, pour que personne ne puisse entendre la suite de la conversation, "Je ne te donne rien, ainsi tu t'étonneras toujours et ne connaîtras jamais les plaisirs et souffrances du futur."

     Gabella s'allongea dans le bassin et se rendormit. Agares devait être le dernier à lui apporter sa bénédiction, ainsi il entra dans le bassin. A son contact, l'eau se transforma en un liquide plus dense, coloré d'or et de noir ; un splendide labyrinthe où de brillantes veines dorées apparaissaient puis disparaissaient dans le vide. Les filaments d'or caressaient le corps de Gabella, et une fois encore, ses yeux s'ouvrirent pour croiser le regard d'Agares.

     "Je te donne l'espoir, une croyance dans ce qui peut être, et que tu ne connaisses pas son ennemi de sentiment."

     Oghma regardait Mammon de très près, il était le seul à savoir que celui-ci n'avait pas offert de présent à Gabella. De la même manière, Mammon regardait Agares, cherchant sans succès quelques signes de sa future trahison.  

Commenter cet article