Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Erebus

L'univers "dark fantasy" d'Erebus et ses centaines d'histoires traduites du mod de Civilization IV: "Fall From Heaven II"

L'Archange Rebelle

Publié le 31 Octobre 2016 par Stoik

basium

 

Les Mercurians

     Je suis pour toujours retenu par les ravages de la guerre. Je suis le dernier combattant de la Guerre des Dieux, et je mènerai cette bataille à travers Erebus avec chacune des civilisations des hommes, à l'intérieur du bastion des Infernaux, et même de l'Enfer s'il le faut.
     Mais je ne suis pas fou. Les hommes sont faibles, terriblement irresponsables, et enclins à la trahison pour des raisons insensées. Ils marchandent leur vertu contre l'obscénité, la luxure, ou bien pire encore. Malgré leurs faiblesses, Erebus est leur monde, c'est pourquoi la Convention fut décrétée. Là où la mort de mes anges est une perte éternelle, la marée des hommes semble infinie. Quel est ici le besoin de l'immortalité lorsque les générations se succèdent et affluent dans leurs cités crasseuses plus rapidement qu'elles ne peuvent être éteintes, chacune étant plus blême et plus anémique que la précédente. Mais cette guerre ne peut être gagnée sans leur aide.
     Il semble pourtant que cette génération ne soit pas sans espoir. Le glorieux Sabathiel a guidé les Bannors à travers l'Enfer, et ses hommes ont survécu au voyage. Désormais, ils ont l'intention de naviguer en direction du Val des Inférieurs, secourir un compagnon depuis longtemps perdu. Ils conduiront une armée à l'intérieur des terres d'Hyborem pour acquérir ce qu'ils désirent.
     Et même ce pleutre de Lugus possède un Grand Prêtre parmi les Malakims prêt à s'opposer aux démons. Il navigue lui aussi en direction du Val des Inférieurs, mais pour se venger. Cette raison est moins glorieuse que le salut du monde, mais il le fera. Je suis stupéfait de voir comment les hommes peuvent à ce point se passionner pour une seule âme, mais de manière si évidente ignorer le reste.
     Mais peu importe, j'ai depuis longtemps observé le Val des Inférieurs, tel un berger contemplant la forêt qui abrite les loups. Avec ces deux armées puissantes avançant sur les démons, les Mercurians se joindront à la bataille. Ces hommes que je dirige ont perdu tout ce qu'ils aimaient à cause des Infernaux. Ils combattent avec une passion douloureuse, et ils me dévoueront leur vie sachant bien qu'ils me serviront comme Anges s'ils devaient mourir. Les Bannors et les Malakims ne pourront faire mieux que gêner les Infernaux, mais cette opportunité, nous l'attendions depuis trop longtemps. La guerre déclenchée après la signature de la Convention trouvera là-bas son terme. Je mènerai une armée à l'intérieur du Val des Inférieurs et je purgerai les Infernaux d'Erebus.


Basium

     Il y a un mot dans le langage angélique pour signifier "Amour". En fait, il y en a trois. Il y a des mots pour exprimer la "Clémence", la "Bienveillance", la "Bonté". Mais le mot le plus proche à être utilisé dans ce langage si particulier était inscrit sur son avant-bras gauche: la "Sagesse". Il venait d'inscrire celui de "Justice" sur sa poitrine, une prière dans sa langue natale écrite dans le sang et la douleur de sa chair, désormais mortelle. Le mot de "Sainteté" était entaillé sur ses joues, celui de "Colère" le long de son avant-bras droit, "Jugement" était inscrit sur son front, et “Courage" dans le bas de son dos. Chacun de ces mots était une prière adressée aux dieux qu'il avait reniés, des attributs du jugement divin qu'il cherchait à cultiver au plus profond de son âme.
     Il terminait d'inscrire des mots à l'intérieur des doigts de sa main droite lorsque deux jeunes hommes approchèrent, conduits par deux de ses géants aux visages de marbre. "Que... que fait-il?" demanda l'un des deux jeunes hommes.
     "C'est une prière... avec chacune de mes douleurs, j'en appelle à la force qui me permettra d'accomplir mon devoir." Et il se leva, dominant de toute sa hauteur ses deux soldats pourtant colossaux.
     L'autre jeune homme serra la gorge. "Mais n'êtes-vous pas... n'êtes-vous pas un dieu? Qui priez-vous, mon seigneur?"
      Basium se retourna pour regarder ses hommes. "Pourquoi me dérangez-vous?"
     "Je m'appelle Lars Lort, seigneur Basium. Nous voulons rejoindre votre cause, Kobe et moi. Une horde de bêtes Infernales a détruit notre ville natale, et nous sommes les deux seuls survivants."
     "Alors prenez une épée. Nous quittons ces lieux demain à l'aube."
     "Bien, Sire, si vous me permettez," dit Kobe, "nous sommes tous deux plus que de simples mercenaires. Regardez, nous avons quelques connaissances en magie, et c'est grâce à celles-ci que nous avons survécu à l'assaut, en devenant comme invisibles. Nous avons tout vu de l'attaque et nous avons appris quelque chose. Attendez, nous allons vous montrer." Sans attendre, les deux jeunes mages débutèrent leurs incantations. Basium prit alors une longue et lente inspiration, la rune sur son bras gauche palpitait.
     Ce fut d'abord l'odeur du soufre qui alerta Basium, et tous ses muscles se tendirent avant même qu'il ne distingue la présence de son ennemi. Curieusement, le Balor restait immobile au milieu du campement. "N'est-ce pas formidable?" s'exclama Lars, d'un air enjoué. "Nous avons vu comment les Infernaux appelaient des renforts, mais nous avons aussi compris comment les commander nous-mêmes. Avec notre présence à vos côtés, vous allez pouvoir combattre le feu par le feu!"
     Basium se jeta sur la bête Infernale et enserra son cou avec ses doigts. De la fumée commença immédiatement à siffler de la peau du démon et des flammes se mirent à lécher les doigts de l'Archange déchu. Sur chacun de ses doigts était entaillé l'un des cinq noms angéliques utilisés pour désigner Le Premier. Le Balor se tordait de douleur, réussissant toutefois à se libérer du commandement des frères Lort. Il fouetta Basium avec sa queue, lui griffa le dos, hurlant des cris surnaturels, mais tout cela en vain face à l'inébranlable Mercurian. Finalement le démon se tordit de douleur, presque pitoyablement, et gémit jusqu'à ce qu'il ne reste de sa courte existence plus qu'une odeur écoeurante et des flaques de sang noir.
     Basium se leva et avança d'un pas lourd en direction des deux mages. "Vous invoquez un Balor en plein milieu de mon campement? Laissez-moi vous montrer ce que je fais du feu. Je l'éteins!” hurla Basium. Lars sentit le sang chaud de son frère gicler sur son visage avant même qu'il ne remarque que Basium avait levé son marteau de guerre. Il ne verra jamais non plus le second coup partir.
     Alors Basium retourna vers son tapis après avoir traversé la fournaise. Il ramassa son poignard cérémonial et traça une nouvelle lettre sur son bras.

Commenter cet article